m_DSC08133

Focaccia – Plus simple tu meurs !

A la demande pressante d’Anaïs, qui apparemment meurt de faim chez les parents (Papaaaaa ?!), nous avons cuisiné récemment une focaccia, pour pouvoir vous en livrer ici la recette !

La focaccia (c’est à dire « focatcha »), c’est une sorte de pâte à pain, entre la ciabatta (« chiabaaaatta ») et la pizza, qui s’étale sur une plaque, et se mange trrrrrrrès bien, à l’apéro ! Ce qui, en plus, est merveilleux, c’est que vous pouvez la parfumer avec tous vos fonds de frigo, et laisser libre court à votre imagination, que je suppose débordante (Si elle ne déborde pas complètement, on vous propose, en bas de recette, notre version, des plus simples). A vous de choisir si vous la voulez végétalienne, végétarienne, ou carrément carnivore (même si on vient d’apprendre récemment que la viande, c’est le mal).

Donc, pour cette recette simplissime, qui ne demande que des ingrédients qui se conservent dans votre placard,

il vous faudra :

– 250 g de farine

– 12 g de levure de boulanger *

– 1 cuillère à café de sel

– 15 cl d’eau tiède

– 5 cl d’huile d’olive

– Du thym (ou du romarin) (ou des herbes de Provence) (etc)

m_DSC08054

 Comment procéder, en 4 – 4 – 2 :

– Faire la pâte avec tous les ingrédients et laisser reposer

– Etaler et précuire

– Mettre la garniture et recuire

 

Comment procéder, en vrai :

– Diluer la levure dans un peu d’eau (oui oui, de celle des 15cl prévus). Après l’avoir bien observé, touillez à la cuillère. La pâte n’a pas besoin d’être homogène.

m_DSC08057

– Dans un grand saladier, verser la farine, et y faire un puit (c’est à dire, un trou, au milieu)

– Y verser le sel

– Mettre ensuite, au fur et à mesure (dans le but d’éviter les grumeaux), la levure, puis l’eau. Il faut mélanger tout au long de l’ajout de liquide. Je vous conseille de le faire d’une main, et de garder l’autre propre (conseil de mon papa qui fait du pain : « sinon, quand tu dois attraper un peu de farine, tu pourris tout, héhé ! »)

– Une fois que la farine a absorbé à peu près tout le liquide, verser l’huile, et les herbes. Pétrir avec le plat de la main, le poignet, les doigts, allez-y franchement !

m_DSC08076

– Former une boule, poser un torchon sur votre saladier (pour limiter les courant d’air), et laisser reposer la pâte dans un endroit chaud. Ou au moins tiède. Pas dans votre frigo, quoi ! Votre pâte devrait gonfler. Si tout ce passe bien, elle aura doublée de volume sous une heure. Sinon, soit vous attendez un peu plus, soit vous aurez juste moins de focaccia !

– Allumer votre four à 200° environ

– Huiler puis fariner légèrement une plaque à four. Cette étape peut être sautée, si votre plaque est très antiadhésive, ou si vous n’avez pas peur de jouer de la raclette pour décoller la focaccia

– Une fois la pousse finie (SI, j’ai vu que ca s’appelait comme ca, sur un autre blog !), étaler votre pâte sur la plaque, avec les doigts. La pâte doit avoir une épaisseur d’un centimètre environ

m_DSC08090

– Passer au four, pour 15 minutes. La focaccia n’a pas besoin d’être dorée, puisqu’elle va recuire

– Sortir la plaque du four, et là, c’est le moment d’y vider vos placards de faire parler votre créativité

– Nous, on a mis : de la sauce tomate, des grosses capres, des olives noires et de la scamorza

m-DSC08103

 

– Repasser au four, juste pour faire fondre le fromage, environ 15 minutes, encore

m_DSC08105

 

– A découper pour l’apéritif, à manger comme de la pizza. Vous pouvez également l’ouvrir, et la garnir, comme un sandwich. Eeeeeh, un sandwich avec de la garniture dedans et dehors, c’est un bon concept, non ? En vrai, si vous voulez l’utiliser ainsi, allez-y molo sur les ingrédients exterieurs, qui risquent de tomber partout !

m_DSC08133

Focus on… La levure de boulanger !

A la différence de la levure chimique, la levure de boulanger doit son action à la présence de champignons microscopiques (de la famille des saccharomyces cerevisiae. Su-per !). J’ai utilisé de la levure sèche, qui se conserve longtemps, et se présente sous la forme de petites billes. Puisqu’elle ne contient que très peu d’eau, il est nécessaire de la mettre dans de l’au tiède, pour « réveiller les levures ». Pas trop froide, ce qui empercherait leur travail, ni trop chaudes, ce qui les brûlerait.

Une fois mélangée à votre préparation, il faut la laisser agir dans un milieu tempéré, pour que les champignons digèrent les molécules de glucose de la farine, en produisant du dioxyde de carbone. C’est ce qui fera gonfler votre pâte. Vous pouvez laisser monter votre pâte jusqu’à 12h. Il est souvent conseillé de la laisser reposer entre 2 et 3 heures pour un résultat optimal, mais personnellement, j’ai rarement la patience d’attendre aussi longtemps (ni l’organisation qui me permette de faire ça, soyons très honnêtes !)

 

Laisser un commentaire