SONY DSC

Vis ma vie de cuistot – Oui, j’ai été une dame de la cantine !!

Hello les p’tits haricots !!

Comme expliqué dans l’article précédent (« préviously, in Marie’s life… »), j’ai réalisé deux semaines de staaaage, dans une entrepriiiiise bieeeeen cantine trop chouette. Ne pensez pas à de la cantine Sodexo (oui maman, je SAIS que à ton boulot, ils s’en sortent très bien, et que leurs endives braisées sont délicious ! Mais laissez moi finir, veux-tu ? :)). Non, sortez de vos têtes l’image : Cantine = céleri à l’eau + carottes rapées fadasses.

Celle-ci de cantine, elle n’en a que le nom. « Petite restauration soignée », le sous-titre.

Les plats servis sont raffinés, et les mélanges de saveurs, subtils et délicats, comme des risotti au chou et au citron, de la polenta aux tomates cerises et à la crème d’ail surmontée de légumes rôtis et roquette, des tartes tatins de fenouils et oignons caramélisés, ou encore des eton mess ananas-jus de clémentine, dont, pauvre de moi, j’ignorais l’existence jusqu’alors… Que du bon, du bio, et pas de viande ni poisson.

Des recettes végétales (on n’aime pas non plus le mot végétarien, par là-bas), servies dans de la jolie vaisselle, ancienne et colorée, au sein d’une salle garnie de meubles chinés en brocante, en bois et en clair, avec des touches de jaune-qui-pète (ma couleur préférée !!). Bref, une atmosphère chaleureuse et home-like.

Bon, moi j’étais pas de ce coté là de la pièce. Mais en cuisine. Â éplucher les carottes, couper les potirons, faire la vaisselle, laver le persil, mixer la soupe, touiller le riz, allumer le four, boire du thé, battre des oeufs, vinaigrer le chou, torréfier des noisettes, moudre des épices, dresser les assiettes, gouter les plats, repositionner la rucula, etc.

Et c’était extrachouette. Et plutôt décontracté. Lila et Marie partagent facilement leur recettes, leurs conseils divers et leur bonne humeur. Pas de stress au moment de l’envoi. Même si les 8 réservations arrivent en même temps. Même 10 minutes avant l’ouverture du resto. Même au moment où les bacs gastros (= les bacs en métal) se vautrent des étagères. Même quand il n’y a plus de vaisselle propre. Et même quand tout ça arrive en même temps ! Euh… Je vous rassure, ce n’était pas quotidien. Quoi qu’il arrive, Lila conserve sa bonne humeur imperturbable et l’équipe son serrage de coude. Ô joie, bonheur et allégresse ! Qu’est ce que je me suis amusée, dans cette cuisine :)

Et bien sur, j’ai appris un tas de trucs, des recettes précises et d’autres déclinables à l’infini, des nouvelles techniques de coupe et de cuisson (légumes rôtis mon amour !), des associations légumes/légumineuses que je vous dévoilerais bientôt, des mélanges de graines (je suis la seule qui ne connaissais pas le dukkah ?), des mélanges d’épices, des nouveaux légumes (la courge giraumon ou courge turban, ça vous parle ?), une sauce salade à la sauce soja fort goûtue… En un trois quatre mots comme en cent, la Cuisine comme je l’aime : bonne, généreuse, créative, et pas prétentieuse !

Bref, tant humainement que culinairement, cette expérience a été un succès, et ces deux semaines sont passées bien trop vite ! Je vois maintenant défiler les recettes que je n’ai pas pu faire. Aaaaaah, les falafels de courge. Aaaaaaah, les mousses de marron. Aaaaaaaaaaaaaah, les gnocchis de patate douce !

Bon sinon, initialement cet article n’avait pas vocation à vous raconter ma vie en long et en large. Mais plutôt à vous proposer des soupes que j’ai trouvé sur les zinternets, dans des blogs que j’aime bien (Ui, je lis des blogs, ui !), et que j’aimerais bien réaliser bientôt. Ou plutôt un jour. Et mes petits commentaires ci-dessus ne devaient être que l’explication du pourquoi je ne les avais pas  encore réalisées (les soupes)(à cause de mon si bien stage)(suivez un peu, quand même), mais qui avaient l’air bien chouettes quand même. Bon, euh… Claaaaairement, je me suis emportée. Finalement, il semble que mon supertopmégastage (<- traduction de mon enthousiasme) à la cantine mérite bien un article à lui tout seul.

Alors, stay tuned, pour les soupes susnommées, ou autres 😉

Et si ça vous intéresse de tester cette belle cantoche :

La Cantine Vagabonde, 11 rue d’Aubervilliers, Paris 18ème – Stalingrad. Cerise sur le crumble : ils ont même un triporteur.

Crédits photo : la Cantine Vagabonde

2 Comments

  • Camomille
    Camille Répondre

    Claaaairement ce resto est super top. Même qu’on y a mangé et que vraiment, une cuisine de cette qualité pour ce prix là, ça vaut le détour.

Laisser un commentaire